Covoiturage domicile - travail : zoom sur les nouveaux covoitureurs

Etude
Modifié le : 
22 mai 2017
Le covoiturage, n’est pas seulement une solution pour traverser la France pendant les congés. C’est aussi un moyen de se déplacer tous les jours. On parle alors de covoiturage régulier pour des trajets entre chez soi et le travail. Plusieurs études ou sondages ont déjà été réalisés pour mieux comprendre ces déplacements.

Ainsi une appli de covoiturage dresse le portrait de ses usagers.

Des trajets en covoiturage pour agir pour l’environnement et faire des économies

Le sondage a été mené auprès d’un panel de 500 utilisateurs de l’application, qui favorise la mise en relation entre covoitureurs pour des trajets domicile-travail. Parmi ces covoitureurs, 40 % estiment que le covoiturage au quotidien est « avant tout un acte citoyen ». Il diminue l’auto-solisme : un geste pour l’environnement et un effort pour décongestionner les routes.

Un covoitureur sur 4 privilégie ce mode de déplacement pour les économies qu’il permet. Le coût du déplacement est réparti entre les covoitureurs.

Un autre service de covoiturage a calculé l’économie moyenne : jusqu’à 1 026 € par an pour un aller-retour quotidien de 35 km !

Ce n’est pas la seule économie immédiate : certaines sociétés d’autoroutes proposent des tarifs préférentiels aux covoitureurs.

De son côté, le STIF a analysé les données de l’EGT Enquête Globale Transport  pour mieux cerner les spécificités du covoiturage en Ile de France.

Le covoiturage domicile-travail, compatible avec le rythme de vie en famille… et celui de l’entreprise

Le covoiturage s’adapte aux rythmes familiaux. 70 % des covoitureurs interrogés sont en couple, et un sur deux a des enfants, avec les contraintes que cela implique pour les horaires au quotidien. Le recours au covoiturage n’empêche pas de respecter des horaires réguliers, ou au contraire de changer son programme à la dernière minute.

Cette souplesse s’applique aussi aux impératifs professionnels, et c’est aussi en cela que le covoiturage est l’une des premières actions lancées dans un PDE ou un PDIE. 67 % des habitués sont des cadres ou des cadres dirigeants : des « postes à responsabilités avec des horaires variables ».