L’essor de l’autopartage dans les entreprises

Bon à savoir
Modifié le : 
17 oct 2016
L’autopartage est une solution de plus en plus prisée par les particuliers mais aussi par les entreprise. Les gestionnaires de flotte automobile y voient là la possibilité de rentabiliser un parc de véhicules souvent à l’arrêt et d’améliorer le TCO (Total Cost of Ownership ou coût total de possession).

La mise en place d’un PDIE est  l’occasion de réfléchir à la manière de mieux utiliser les véhicules, voire de modifier profondément la manière de les gérer et de renouveler le parc avec des modèles moins polluants.

L’autopartage, la solution pour les entreprises ?

Permettre à plusieurs personnes d’utiliser un même véhicule à des créneaux horaires différents est une source de rentabilité évidente et qui peut concerner plusieurs sociétés dans le cadre d’un PDIE. Ce ne sont pas seulement les salariés d’une seule entité qui utilisent la flotte mais tous ceux d’une zone d’activité.

Des économies d’échelle sont immédiatement visibles :

  • Le parking est partagé,
  • Les frais d’entretien et d’assurance sont divisés,
  • Le taux d’utilisation est amélioré.

"L’usage est plus important que la propriété et l’automobile n’est plus considérée comme un élément statutaire". Cette nouvelle tendance observée chez les salariés les plus jeunes permet aux entreprises d’avoir recours à ces solutions 100% véhicules réservables, sans voiture de fonction. Les solutions de gestion en ligne ou depuis un smartphone sont plébiscitées pour faciliter la réservation.

Toutes les études sur le sujet indiquent que le mouvement va s’amplifier dans les années à venir avec plus de 100 000 voitures en autopartage en Europe en 2020.

Le crédit mobilité, l’avenir ?

Mais il est possible d’aller plus loin en proposant une manière plus novatrice de se déplacer avec le crédit mobilité.

Pour inciter les salariés à délaisser leur voiture de fonction, l’entreprise s’engage à leur reverser la différence sur un compte qu’ils pourront utiliser à titre privé pour se déplacer. Très concrètement, si le cadre échange une voiture puissante contre une citadine, il lui sera attribué la somme représentant les économies réalisées par l’entreprise.

Le salarié pourra alors choisir de dépenser ces fonds pour ses déplacements ou ceux de ses proches en train, en Vélib' mais aussi en taxi ou voiture de location.

Cela permet au salarié de participer à l’amélioration du bilan carbone de sa société et à l’entreprise de diminuer sa flotte automobile. Cette solution "gagnant-gagnant" va certainement séduire de plus en plus d’utilisateur de voitures de fonction et de chefs d’entreprise !